Sous la Pluie

Publié le par Sam

 
Tu m'as pioché par hasard.
J'étais seul dans la multitude,
Egaré dans ma nuit barbare,
Je ressentais ma solitude.

Au contact de tes douces lèvres
J'ai ressenti ton désespoir,
Toi dont les tremblements mièvres
M'ont empêché de bien te voir.

Pas d'illusion, car je savais
Ce pour quoi nous étions liés.
Ce n’est pas moi que tu voulais.
Tu m’as choisi pour oublier.
 
Mais tu m’aimes, oh ! oui tu m’aimes,
Moi, ton désir qui se consume !
Et je veux croire à ce tandem
En oubliant ton amertume.
 
Mais je m’égare à ton égard
Tout contre toi, l’esprit miné ;
Je ne comprends plus ton regard
Car l’amour m’a contaminé.
 
Notre histoire touche à sa fin
Mais toi, ne m’abandonne pas.
Je sais pour toi, je ne suis rien,
J’aurais dû m’en tenir à ça.
 
Oh par pitié ! Oh laisse-moi
Goûter encor à ta salive !
Car c’était la première fois
Que j’ai connu cette dérive :
 
Moi qui ne savais rien des filles,
J’ai découvert entre tes doigts
Un sentiment de pacotille
Qui n’avait un sens que pour moi.
 
Et tu me recolles à ta bouche
Pour me jeter sans un regard,
Et la pluie sera ma douche
Ecrasé au bord du trottoir…
 
La vie est courte, la vie est dure
Pour qui s’attache à des salopes ;
L'amour est de mauvaise augure
Pour moi qui n'étais qu'une clope.



.
sous-la-pluie027-copie.jpg


.

Publié dans Poèmes-tampons

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
tu déchires
Répondre
B
C'est vraiment très beau !
Répondre
L
Vraiment bien dit, et surtout une fin surprenante, dans tous les sens du terme<br /> lili
Répondre
S
très joli poème ...
Répondre
S
Je vois que tu n'as pas perdu ton flot. Toujours aussi bon. Et alors as tu décidé de la laisser elle et ces copines pour de bon?
Répondre