Dix Stances

Publié le par Sam

Un bruit abolit les frontières de ma nuit.
 
Du bout du clique je déroule ta fenêtre,
Pour que tes bouclettes réchauffent mon ennui,
A travers mon écran, par échange de lettres.
 
Juste une seconde sépare nos visages,
Juste une seconde pour franchir les nuages.
 
Quand nos bras sont trop court pour se rejoindre,
Mes doigts martèlent sur le clavier quelques stances
Jusqu’à sentir sous les stores le soleil poindre,
Puisque mon cœur ne peut pas couvrir la distance…

undefined

Publié dans Poèmes-tampons

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article